RSS

Archives de Catégorie: Littérature Litterature

PETITS OBJETS DE COMPAGNIE et sa LITTLE FREE LIBRARY vous proposent 10 000 ouvrages….

PETITS OBJETS DE COMPAGNIE et sa LITTLE FREE LIBRARY vous proposent 10 000 ouvrages….

PETITS OBJETS DE COMPAGNIE et sa LITTLE FREE LIBRARY – Petite Bibliothèque Libre et Gratuite d’Echange de Livres –  sont fiers de vous annoncer qu’ils ont atteint les 10 000 ouvrages !

En cinq ans et demi, nous avons réussi à loger 10 000 livres dans notre petit espace.  Et il reste encore de la place que nous exploiterons si nécessaire.

Nous trions en permanence les arrivages pour vous proposer ce qui arrive de mieux, par le biais des échanges et des dons, dans tous les domaines et pour tous les âges : romans de loisirs, romans policier,  science-fiction, fantasy, anticipation, espionnage, philosophie, bandes dessinées, Histoire (tous les siècles), biographies, essais, politique, spiritualité, psychologie, littérature pour la jeunesse, cuisine, livres en anglais, langue française, dictionnaires, livres sur l’art, vieux livres, etc., mais aussi DVD, CD et vinyls. Tous les ouvrages mis en rayon sont en très bon état et susceptibles de trouver leur lecteur.

PETITS OBJETS DE COMPAGNIE peut  également vous informer sur les LISEUSES (spécialité de son Président), mais aussi sur  le  BOOK ART et tous les objets qu’il est possible réaliser à partir de  livres, comme par exemple cette bague (oui, c’est bien du papier! !) réalisée par Jeremy May  :

 

 

Depuis cinq ans et demi, la Little Free Library fonctionne grâce à vos échanges et dons de livres, à la fidélité des lecteurs de tous âges dont certains nous suivent depuis le début, à l’enthousiasme de ceux qui nous découvrent, aux compétences de nos bénévoles, tous venus du monde de l’édition, Merci à tous.

 

PETITS OBJETS DE COMPAGNIE et sa LITTLE FREE LIBRARY

50, rue Saint-Malo à Bayeux

Le Samedi de 14 h. à 18 h. toute l’année

Le Vendredi de 12 h. à 14 h. (ouverture dédiée aux personnes qui travaillent pour qu’elles puissent de ravitailler en lecture durant leurs heures de pause.

Pas d’inscription, pas de cotisation. 

Quelques images de notre  Bibliothèque Magique et Insolite, une bibliothèque dans laquelle vous pouvez fouiller, toucher les livres, les feuilleter, les parcourir, sentir cette si particulière odeur de papier et d’encre… Un vrai contact avec de vrais livres :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

EN PLUS DU SAMEDI A.M, LA LITTLE FREE LIBRARY OUVRIRA aussi LE VENDREDI ENTRE 12 H ET 14 H

EN PLUS DU SAMEDI A.M, LA LITTLE FREE  LIBRARY OUVRIRA aussi LE VENDREDI ENTRE 12 H ET 14 H

Toujours à la recherche de nouveaux lecteurs à alimenter, nous nous sommes aperçus qu’une catégorie de lecteurs rencontraient des difficultés pour se procurer de la lecture et/ou pour échanger leurs livres : il s’agit des personnes qui travaillent toute la semaine avec des horaires fixes.

Le midi au moment de la pause déjeuner et à la fin de la journée, les lieux où se procurer des livres sont souvent déjà fermés; ou le jour d’ouverture entre midi et deux (des bibliothèques officielles par exemple) ne correspond pas à l’attente et la disponibilité de la plupart de ces lecteurs.

Nous avons enquêté auprès des employés du centre ville et des zones commerciales des alentours pour déterminer quel serait le jour et les horaires les plus favorables pour leur ouvrir notre porte.

Il en ressort que la plupart des personnes qui travaillent consacrent leur samedi, leur dimanche (et/ou leur lundi) à leur famille, à leurs enfants, s’occupent de leur maison, de leur administration, des urgences et de tout ce dont ils ne peuvent pas s’occuper durant la semaine. Leur temps de congé hebdomadaire est déjà donc déjà bien occupé. De même tout le monde nous a dit avoir hâte de rentrer chez soi après la journée de travail et la proposition d’ouvrir la Little Free Library après 19 h. n’a pas été retenue.

Le seul moment propice s’est avéré être celui  de la pause entre 12h et 14h et le jour retenu le vendredi, veille du week-end, jour qui a déjà un (tout petit) avant-goût de vacances. Notre local est idéalement placé, central, pour que la plupart des personnes concernées aient largement le temps d’y venir et d’explorer les rayons avant de  retourner travailler. Ce sera un vrai moment de détente d’avant week-end

PETITS OBJETS DE COMPAGNIE ouvrira donc désormais le VENDREDI ENTRE 12H ET 14 H (en plus du samedi dont les horaires restent 14 h. -18 h.) Nous commençons par une période de test sur deux mois pour voir s’il sera  nécessaire d’ouvrir tous les vendredis de 12 h. à  14 h..  pour le reste de l’année. C’est avec vous, lecteurs, que nous affinerons notre proposition.Tout changement  concernant les ouvertures sera annoncé sur ce blog et affiché sur la porte.

Parlez-en autour de vous, plus il y a des visiteurs-lecteurs et plus le choix de livres est riche et se renouvelle. Nous proposons actuellement environ 10 000 ouvrages  en tous genres récents ou moins récents  : romans, romans policiers, essais, philosophie, spiritualité, politique, religions, économie, bandes dessinées, science-fiction, fantasy, anticipation, romans policiers, espionnage, histoire (tous les siècles), livres d’art, vieilles éditions, litterature jeunesse, etc.Tous les livres proposés sont en très bon état.

Vous trouverez aussi un petit rayon consacré au DVD (films° et au CD(musique).

Nous pourrons également vous donner beaucoup d’informations sur les différentes manière de recycler les vieux livres, notamment en ce qui concerne le « book art », mais aussi en ce pour  l’utilisation de vieux livres pour rénover, décorer, construire des choses étonnantes pour la maison.

Il n’y a ni inscription ni cotisation et cela se passe 50, rue Saint-Malo à Bayeux en Normandie…

La LITTLE FREE LIBRARY de PETITS OBJETS DE COMPAGNIE existe depuis 5 ans et demi.

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

DISPARITION DE L’éCRIVAIN TOM WOLFE….

DISPARITION DE L’éCRIVAIN TOM WOLFE….

Mauvaise semaine pour les octogénaires de talent.

Tom Wolfe, 88 ans, vient de nous quitter. Essayiste, journaliste, il laisse aussi derrière lui  une oeuvre romanesque, mi-roman mi-reportage, mariage réussi du journalisme et de la fiction qui nous plonge dans les méandres de la vie américaine et de ses côtés les plus sombres, le tout accompagné souvent d’ un humour grinçant ;  il nous y fait partager avec précision le quotidien des Américains aisés et celui des habitants de l’Amérique profonde. Il est de la lignée des Sinclair Lewis et pairs, de la famille de ces romanciers américains qui explorent au scalpel leur société. Des romans à relire ou à découvrir.

Pour ceux qui ne l’ont jamais lu, vous pouvez commencer par Embuscade à Fort Bragg (Ambush at Fort Bragg),1997, c’est court et excessivement actuel.

 

Tom Wolfe et sa femme Sheila (à droite sur la photo)

Tom Wolfe, c’était aussi un style, un homme d’une élégance rare pour notre époque qui affichait un style vestimentaire travaillé jusque dans les moindres détails. Il suffit d’évoquer ses célèbres costumes en flanelle blanche coupés sur mesure, son impressionnante collection de chemises, ses chaussures faites sur mesure à Londres pour voir se dessiner sa silhouette.

 

Author Tom Wolfe poses in his New York apartment, Nov. 12, 1998. Wolfe, 68, just published his first novel in 11 years, a novel about Atlanta in the 1990s called « A Man in Full. » (AP Photo/Jim Cooper)

 

Bibliographie

Romans

Journalisme et essais

  • 1968 : Acid Test (The Electric Kool-Aid Acid Test) ; trad. Daniel Mauroc, Seuil, 1975
  • 1970 : Le Gauchisme de Park Avenue (Radical Chic & Mau-Mauing the Flak Catchers)
  • 1975 : Le Mot peint (en) (The Painted Word)
  • 1981 : Il court, il court le Bauhaus : Essai sur la colonisation de l’architecture (From Bauhaus to Our House) (publié en France en 2012)
  • 1985 : Sam et Charlie vont en bateau
  • 1997 : Embuscade à Fort Bragg (Ambush at Fort Bragg)
  • Où est votre stylo ? : Chroniques d’Amérique et d’ailleurs [« Hooking Up »], Robert Laffont, 432 p. (ISBN 978-2221193617)
  • Le Règne du langage [« The Kingdom of Speech »], Robert Laffont, , 216 p. (ISBN 978-2221197752)

 

 
Commentaires fermés sur DISPARITION DE L’éCRIVAIN TOM WOLFE….

Publié par le 15 mai 2018 dans Bibliothèque - Library, Ecriture_Writing, Ecrivain writer, Librairie Bookshop, Liseuse, Littérature Litterature, Roman américain, Salon du Livre

 

Étiquettes : , , , , , , ,

LIRE AU COIN DU FEU en images…

LIRE AU COIN DU FEU en images…

Le bon côté de l’Hiver – qui en possède beaucoup –  ce sont aussi les moments de lecture  au coin du feu. Ajoutons une boisson et un chat  et nous avons les ingrédients pour quelques heures de pures délices. Les puristes pourrons ajouter un cinquième élément : les grosses chaussettes de laine.

Voici quelques images  de ces moments en compagnie des livres…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes : , , , , , , ,

EN TURQUIE, LES EBOUEURS SAUVENT LES LIVRES ET OUVRENT UNE BIBLIOTHEQUE GRATUITE……

Partout dans le monde des personnes sauvent des livres et les remettent dans le circuit, leur offrant une nouvelle vie. La dernière bonne nouvelle nous vient de Turquie. Voici encore une  initiative basée sur le bon sens et qui fonctionne sur la récupération, le don de livres et le recyclage. Nous souhaitons la bienvenue à ces sauveteurs dans la grande fraternité des amoureux des livres et nous souhaitons une  longue vie à leur bibliothèque.

Et, ce qui ne gâte rien, l’ancienne usine, sobre bâtiment de briques rouges dans laquelle est installée la bibliothèque, possède de beaux couloirs voûtés qui sont parfaitement adaptés pour la création d’espaces calmes, confortables et conviviaaux.

Ci-dessous, un article complet sur le sujet ;  Copié/collé de l’article paru sur le site CULTUREBOX .  https://culturebox.francetvinfo.fr/livres/a-ankara-les-eboueurs-ont-cree-une-bibliotheque-dans-une .usine-desaffectee-268199

 

A Ankara, les éboueurs ont créé une bibliothèque dans une usine désaffectée

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox

Mis à jour le 19/01/2018 à 17H19, publié le 19/01/2018 à 11H05

La bibliothèque des éboueurs d’Ankara, installée dans une usine désaffectée (16 janvier 2018)

A Ankara, les livres abandonnés revivent entre les murs d’une ancienne usine en briques, où un groupe d’éboueurs a installé, il y a sept mois, une bibliothèque surprenante qui compte déjà plus de 4.750 ouvrages récupérés dans les poubelles lors des tournées de ramassage des ordures dans la ville. Une initiative dont on parle beaucoup, en Turquie et à l’étranger.

La bibliothèque des éboueurs est installée dans une usine d’Ankara abandonnée depuis 20 ans. Ils s’y détendent désormais pendant leurs pauses, avec un bon livre ou autour d’une partie d’échecs.
 
Le lieu leur était d’abord réservée, à eux et à leurs familles, pour qu’ils puissent emprunter des ouvrages pendant 15 jours. Mais elle est maintenant ouverte au public, explique son responsable Emirali Urtekin, qui a décoré son bureau avec des trésors récupérés, comme des magazines ou des machines à écrire.

Il faudrait peu de chose pour que ce bâtiment de briques rouges soit entièrement mis en valeur

Au moins 1.500 livres attendent encore d’être rangés sur les étagères, et les arrivées ne faiblissent pas, ajoute-t-il. Ici, rien n’est gâché : les livres devenus illisibles sont convertis en supports pour les autres et les lampes elles-mêmes sont faites à partir d’anciens tuyaux de cuivre. Outre la bibliothèque, les éboueurs ont aménagé dans l’ancienne usine une échoppe de barbier, une cafétéria, des espaces de repos et les bureaux des administrateurs.

A Ankara, des éboueurs se détendent en lisant dans la bibliothèque qu'ils ont montée dans une usine désaffectée A Ankara, des éboueurs se détendent en lisant dans la bibliothèque qu’ils ont montée dans une usine désaffectée

© Adem Altan / AFP

De « Harry Potter » à Orhan Pamuk

Romans à l’eau de rose, livres d’économie, thrillers, contes pour enfants… les livres sont classés en 17 catégories, un nombre susceptible d’augmenter. On y trouve la saga « Harry Potter », non loin de « Cinquante nuances de Grey », ainsi que des romans de Charles Dickens, J.R.R. Tolkien et du prix Nobel turc Orhan Pamuk.
 
« Nous leur avons donné une deuxième vie (…) et ils sont désormais disponibles gratuitement », se réjouit Emirali Urtekin.
 
La bibliothèque est ouverte 24 heures sur 24 pour les quelque 700 éboueurs qui travaillent dans la municipalité de Cankaya. Elle est tenue par Eray Yilmaz, 20 ans, qui recense soigneusement les entrées et sorties des ouvrages. Selon lui, 147 livres ont déjà été empruntés.

 

Un grand mouvement de curiosité, en Turquie et à l’étranger

« Lire des livres développe l’intelligence des gens, encourage les idées nouvelles (…) Ici nous faisons découvrir ces idées aux gens », dit le jeune homme, salarié à plein temps de la bibliothèque. « C’est quelque chose qui rend plus qu’heureux. J’apporte des livres à ma mère, aussi. »
 
Malik Ercan, un éboueur venu chercher de la lecture pour sa femme et son enfant, a récemment fait visiter les lieux à son cousin qui ne vit pas à Ankara. « Il vient de Sivas (centre de la Turquie). Il en avait entendu parler dans les journaux, il voulait voir. »
 
« De plus en plus d’amis appellent (…) et disent ‘fais-nous voir, c’est très inhabituel' », poursuit Malik Erca, qui travaille avec la municipalité depuis deux ans et demi.
 
La bibliothèque a suscité beaucoup de curiosité, en Turquie et à l’étranger, au grand bonheur de Emirali Urtekin qui explique recevoir désormais des livres en plus, qui ne proviennent pas des poubelles.

 

La bibliothèque vit aussi désormais de dons

Certains en font acheminer depuis d’autres villes turques, ajoute-t-il, et quelques Ankariotes les jettent maintenant dans des sacs plastique distincts des autres déchets pour faciliter la tâche des éboueurs.
 
« Nous recevons beaucoup de visiteurs, mais aussi des donations. Les gens disent ‘c’est un si beau projet, nous voulons le soutenir », sourit-il.
 
Certains découvrent la bibliothèque en faisant du vélo dans la vallée où elle est située, et Emirali Urtekin espère attirer plus de monde avec l’été.

Une bibliothèque mobile dans les écoles

Aucune extension de l’espace actuel n’est prévue pour l’instant mais le gérant planche sur d’autres idées pour réutiliser les livres abandonnés. Il prévoit dès cette année une bibliothèque mobile qui se rendra tous les 15 jours dans des écoles d’Ankara. Certains établissements scolaires qui manquent d’ouvrages ou n’ont pas de bibliothèque ont déjà contacté Emirali Urtekin.
 
Ces visites scolaires seront aussi musicales, avec un groupe de 11 éboueurs utilisant qui jouent avec des poubelles vides et de vieux bouts de métal. Ce groupe est né à peu près en même temps que le projet de bibliothèque, de la même volonté de trouver d’autres activités autour du travail. « Nous sommes heureux », explique le manager. « Cela nous a donné une nouvelle identité. »

Commentaire : Nicolas Lemarignier

 

 
Commentaires fermés sur EN TURQUIE, LES EBOUEURS SAUVENT LES LIVRES ET OUVRENT UNE BIBLIOTHEQUE GRATUITE……

Publié par le 19 janvier 2018 dans Bibliothèque - Library, Craft, DIY,, DIY, Don de Livres, DON DE MOBILIER, Donation - Donateur, Ecrivain writer, Education, Lecture-Reading, Littérature Litterature, Little Free Library, Nouvelle économie, Patrimoine, Récupération Recyclage, Tourisme-Tourism

 

Étiquettes : , , , , , ,

MEILLEURS VOEUX POUR 2018…

MEILLEURS VOEUX POUR 2018…

PETITS OBJETS DE COMPAGNIE

VOUS SOUHAITE

UNE EXCELLENTE ANNEE POUR 2018

 

 

Notre LITTLE FREE LIBRARY,  la bibliothèque d’échange de livres, entre dans sa sixième année. Si le lieu est  petit, le choix est grand. Nous vous proposons plus de 9000 ouvrages sélectionnés pour vous offrir le meilleur de ce qui passe notre porte et cela dans tous les genres de littérature.

Merci à nos fidèles visiteurs  du samedi qui permettent à notre système de s’enrichir et d’affiner le tri.

Merci aussi pour les débats sérieux et les bons moments moins sérieux passés avec monsieur Dragonneau, madame Bescherelle, Alice, Margaux, madame Potier, Jérôme et Stéphanie, Olivier Ciné, monsieur Stone… la liste est trop longue pour tous vous citer…

 

 

 
Commentaires fermés sur MEILLEURS VOEUX POUR 2018…

Publié par le 1 janvier 2018 dans Bayeux, Bonne Année HappyNew Year, Fête Feast, Lecture-Reading, Littérature Litterature, Little Free Library, Nouvel An - New Year, Winter Hiver

 

Étiquettes : , , ,

LE CLOWN, LA PEUR et HALLOWEEN….

LE CLOWN, LA PEUR et HALLOWEEN….

Avec la sortie du film CA (IT en anglais), Stephen King, auteur du roman éponyme, est de nouveau accusé d’avoir porté un coup presque fatal au métier de clown. La grogne des clowns a envahi les médias en quelques heures. Seulement,  il serait bien de fouiner un peu dans les archives avant de tirer des conclusions et hâtives et fausses….Il ressort de cette grogne que les clowns eux-mêmes ne connaissent pas l’histoire de leur métier, de  ses facettes et les diverses perceptions que le public peut avoir de leurs prestations. L’image du clown n’a pas attendu Stephen King pour véhiculer, à la frontière de son métier d’humoriste, un parfum un peu maléfique. La chose est là, déjà existante et viable depuis longtemps dans l’imaginaire local.

En tant qu’ Américain, Stephen King sait bien que le clown est  AUSSI vu  comme un personnage qui peut faire peur. Le gentil monsieur rigolo peut se métamorphoser en psychopathe. Et rien de plus effrayant que quelque chose de pacifique (ou d’apparence pacifique) qui part en vrille dans le mauvais sens(un peu comme si votre gentil chaton se transformait en tigre mangeur d’homme et vous traquait pour vous mettre à son menu). On retrouve aux USA, surtout pour Halloween, cette image du clown dont il serait peut-être bon de se méfier. Utiliser un clown dans son roman comme vecteur d’épouvante est donc pour King en lien direct avec son environnement culturel. Il a seulement rendu perenne de façon magistrale, et dans le monde entier, le personnage du clown psychopathe.

Et, franchement, nous n’allons pas nous plaindre quand un BON personnage apparaît dans la littérature.  Car cet événement est très rare. Par le biais des films, des non lecteurs en sont venus à lire les romans de King avant de passer à toutes la merveilleuse littérature fantastique puis à lire tout simplement (ne pas oublier le rôle des films pour amener les gens à la lecture, ce rôle est immense…) Sans compter le riche  univers graphique qui s’est développé à partir  de toute cette matière première. 

Toutefois, l’image du clown redevient positive sur les anciennes cartes de la Saint-Valentin, du Nouvel An ou  sur des images publicitaires. (quoique…)

On retrouve cette utilisation fréquente du déguisement de clown pour  Halloween sur les cartes postales et les photos anciennes  aux USA. En réalité, deux représentations du clown s’y côtoient : le clown maléfique et le clown gentil. Le premier est représenté comme s’il s’agissait d’une entité  réelle (non un humain déguisé mais un monstre à par entière), le second comme un humain déguisé (souvent un enfant). Parfois le clown semble sympathique même si l’on sent qu’il ne faudrait pas le pousser de trop pour qu’il vous arrache un bras….

Le sourire et le regard de cet enfant n’inspirent pas vraiment confiance

Le clown du dernier film est magnifique, mais la costumière n’a pas eu besoin d’aller chercher loin (en ajoutant cependant une touche élisabéthaine avec les élégantes manches à crevés). Sur les anciennes cartes postales, nous retrouvons le même type de costume et également peu ou prou sur les photos. La différence fondamentale entre le clown du film et ceux visibles dans l’iconographie courante est la différence de coiffure :  les clowns des images portent souvent un chapeau pointu ou un court cône, le Pierrot lunaire porte, lui, une calotte noire qui masque les cheveux. Les deux touffes de cheveux roux sur le front et le crâne  dégarnis du Pennywise sont une bonne trouvaille. A noter aussi que  ce style de costume de clown est proche de celui d’un Pierrot (Le Pierrot est un type de clown.) Et n’oublions pas le costume blanc du « Gilles » de Watteau. La première apparition du  nouveau Pennywise tout blanc, fantomatique, souriant et malsain suffit à nous  mettre dans l’ambiance.( Le film aurait parfaitement pu se passer des effets spéciaux, le personnage n’en avait guère besoin pour s’imposer, rien que son sourire vaut tous les effets numériques ajoutés.)

 

 Il ne faut pas oublier que l’on se déguise à Halloween pour EFFRAYER les fantômes, spectres et autres morts-vivants qui profitent que la porte soit ouverte entre le monde des vivants et celui des morts pour venir nous chercher noise.

Quelques images…..

 

 

 

On retrouve l’origine du costume du dernier film  facilement en consultant des photos anciennes(prises en dehors d’Halloween). Ce costume a toujours rencontré beaucoup de succès lors de fêtes et autres bals costumés. On y retrouve tous les éléments que la costumière a parfaitement maîtrisés pour créer son superbe ensemble. En noir, en blanc et certainement en couleurs pour certains, les voici en photos.

 

 

 

 

 

Étiquettes : , ,