RSS

Archives de Catégorie: Photographie Photo Picture

NORMAN ROCKWELL : UNE EXCEPTIONNELLE EXPOSITION à CAEN…

NORMAN ROCKWELL : UNE EXCEPTIONNELLE EXPOSITION à CAEN…

Les illustrations de cet article sont Copyright Museum Norman Rockwell

42 tableaux seront exposés du 10 Juin au 27 Octobre  2019 au Mémorial de Caen.  Le prix du billet n’est que de 10 euros. Nous vous conseillons de réserver sur le site du Mémorial, un nombre limité de visiteurs étant admis par heure. https://billetterie.memorial-caen.fr/Vue/Rockwell/expoRockwell.php

 

Norman Rockwell (1894-1978) est l’un des plus célèbres peintres et illustrateurs américains. Tout le monde a déjà vu l’une de ses toiles ou l’une de ses illustrations pour des couvertures de magazine (321 couvertures époustouflantes pour le Saturday Evening Post de 1916 à 1963) ou des ouvrages de fiction. Ses oeuvres hyperréalistes ont été diffusées appliquées sur de nombreux supports. Scènes de la vie quotidienne des Américains moyens, images plus engagées, illustrations d’ouvrages de fiction, scènes humoristiques, ironiques ou caricatures…Le style Rockwell est reconnaissable au premier coup d’oeil. On en comprend les influences et on devine quels peintres et illustrateurs d’hier et d’aujourd’hui ont étudié son héritage. 

 Au moment de la Seconde Guerre mondiale, Norman Rockwell s’engagea sur le front politique et, en 1943, il se fit connaître du monde entier avec sa série de toiles Les Quatres Libertés (the Four Freedoms). Ces tableaux représentent la liberté de culte, de parole, la liberté  de vivre à l’abri du besoin et celle de vivre à l’abri de la peur. 

Cette exposition en tournée est proposée par le Norman Rockwell Museum et Caen est sa seule étape en Europe.  Site du musée Rockwell : https://www.nrm.org

Rockwell reconnaissait qu’il lui était parfois difficile de peindre toujours seulement d’après imagination. Il utilisa donc la photo pour insérer des scènes dans ses compositions. Partant d’une idée générale,  divers éléments dont il avait besoin étaient photographiés. Les personnages l’étaient individuellement ou à plusieurs, souvent en studio. Perfectionniste, il voulait l’exactitude dans les détails les plus banals et des accessoires  authentiques. Il savait obtenir de ses modèles la pose et l’expression faciale souhaitées. (Il existe des photos amusantes de Rockwell montrant les poses et les expressions qu’il recherchait.) Il utilisait ensuite un projecteur  pour afficher les photos  (toujours en noir et blanc). Il combinait et esquissait les  éléments de chaque photo, construisant progressivement l’image jusqu’à  obtenir la mise en place désirée  Ce procédé a été utilisé par Rockwell pendant une grande partie de sa carrière. 

11/28/1939-ORIGINAL CAPTION READS: Norman Rockwell, artist. Photo shows Rockwell painting with smoking pipe in his mouth.

En 1963, Rockwell  mit fin à sa collaboration avec le Saturday Evening Post  car on lui imposait  trop de contraintes, une ligne éditoriale qui  lui interdisait d’aborder des sujets plus complexes. Il travailla ensuite pour Look explorant les aspects les plus sombres de la vie américaine, tels que la lutte pour les droits civiques dans les années 1960. 

Interaction fascinante entre la photographie et la peinture, la façon dont Norman Rockwell créait ses tableaux et ses illustrations ne nous parait pas du tout une « tricherie ».  Il y a loin de la photo originelle à la toile finale. Chaque artiste à ses méthodes, ses recettes secrètes et nul doute que Norman Rockwell aurait utilisé les logiciels de traitement d’image.

Norman Rockwell n’a pas été le seul à utiliser la photographie comme outil de création complémentaire, certains artistes l’ont utilisée avant lui, d’autres après lui. Les dessinateurs de pin-up ont aussi beaucoup travaillé d’après des photos. L’arrivée dans les années 80  des premiers  logiciels de traitement numérique des images a ajouté un outil dans la trousse des créatifs, outil qui facilite les montages préliminaires, la recherche de mise en place.

Et, pour rappel, Utrillo travaillait d’après carte postale.

Rockwell n’était pas son propre photographe. il préférait recruter  des photographes  pour effectuer les prises de vue et les tirages. La plupart des photos ont été réalisées par trois hommes: Louie Lamone, Gene Pelham et Bill Scovill.

Rockwell a décrit ce modus operandi  comme «une forme de basse tricherie, une béquille déshonorante pour dessinateurs paresseux, une trahison des principes artistiques», traitant son projecteur opaque comme «une machine perverse, inartistique, créant des habitudes, paresseuse et vicieuse… J’en utilise un souvent et j’en ai honte. Je le cache chaque fois que j’entends des gens venir. »

(Original Caption) Photo shows painter Norman Rockwell seated in front of one of his paintings. (Photo by George Rinhart/Corbis via Getty Images)

Affiche d’une exposition passée qui montrait les photographies utilisées par Norman Rockwell pour composer certains de ses tableaux et illustrations.

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

TOLKIEN ET LES PETITES SOURIS….

TOLKIEN ET LES PETITES SOURIS….

Cela se passe au Royaume Uni. Quand monsieur Simon Dell, amateur de photos animalières, a découvert  une famille de  souris dans son jardin, il n’a pas poursuivi ces petites bêtes avec une pelle pour les écrabouiller,  il  a construit pour elles des petites maisons… et pas n’importe lesquelles….car désormais la colonie habite  – en partie – dans des reproductions de maisons de Hobbits… Au fil du temps et des ajouts – comme par exemple une  maison noix de coco – un village a pris forme. L’adresse rencontre un franc succès et les nouveaux habitants affluent. Il ne manque plus qu’une Little Free Library !

 

Dx7jSGzWwAE7Ykv.jpg

jckxvjxclkjvxck.JPG

Simon Dell immortalise ses protégées photogéniques qui se prêtent à l’exercice avec beaucoup  de  bonne volonté.

On vous aime pour tout ça, monsieur Simon Dell !❤❤❤

jvsdvjsdivjdiof.JPG

Vous pouvez également suivre Simon Dell sur Twiter et découvrir toutes ses autres photos, suivre en images la vie des souris et regarder des  videos du « village » : https://twitter.com/simon_dell_tog

0qk03g60.jpg

Les petites videos  sont aussi visibles sur le compte « George Mouse » , telle celle-ci : https://www.youtube.com/watch?v=Km1bl4DJ7P8

Quand nous vous disons que tout ce qui touche au livre, à la fiction et aux romanciers fini par s’introduire un peu partout  autour de nous dans la  » vraie vie » ! Cette fois-ci , c’est un peu grâce à Tolkien que d’adorables petits rongeurs se retrouvent  dans de beaux abris et font ripaille.

Nous profitons de l’occasion pour vous suggérer de découvrir les ouvrages de Tolkien, si ce n’est déjà fait, ou de les relire (car on ne s’en lasse pas.) Et les auteurs qui se relisent sont précieux, ils ne sont pas si nombreux.

Dx9rQ1hX4AEb2CF.jpg

Voici un copié.collé de l’article du HuffingtonPost.France du 31 Janvier 2019. Le copyright de toutes les  photos est pour SIMON DELL.

Ce fan de Tolkien a construit un village de hobbits pour souris

Par Kamesh Catapoulé

Simon Dell, amateur de photographies animalières et du « Hobbit », a découvert une famille de souris dans son jardin.

Si vous découvriez une famille de souris dans votre jardin, que feriez-vous? Un photographe anglais, visiblement fan de l’oeuvre de J.R.R. Tolkien, a eu une idée pour le moins originale: leur construire… un village de hobbits.

Amateur de photographies animalières, Simon Dell vit à Sheffield, dans le comté du Yorshire du Sud. En octobre dernier, il trouve dans son jardin une famille de souris. Il y voit là une opportunité pour faire de belles photos et entreprend de leur bâtir un mini village en façonnant des petites maisons très similaires à celles des hobbits, ces hommes enjoués et de petite taille imaginés par l’auteur de « Bilbon le Hobbit » et du « Seigneur des Anneaux ».

« J’ai fabriqué quelques petits accessoires en plus pour les souris. Très rustique mais je pense qu’elle ressemble bien aux maisons des hobbits. »

 

DypvP7jW0AURPyU.jpg

 

Contacté par le site Bored Panda, Simon Dell raconte son histoire: « J’étais sorti un jour pour prendre des photos d’oiseaux dans le jardin et juste après avoir coupé l’herbe, j’ai remarqué que quelque chose bougeait sur le sol. J’ai pointé mon appareil photo et j’ai été surpris mais très heureux de voir une petite souris très mignonne se tenir debout comme un suricate dans l’herbe fraîchement coupée. »

Le photographe poursuit: « Je suis rentré pour chercher quelques cacahuètes à lui donner. Je suis resté là à attendre quelques minutes et elle est revenue pour des friandises. C’est à ce moment-là que j’ai pensé à construire un abri. »

DyXQIGsXQAEUqqo.jpg

DzAvFedX0AAt5On.jpg

DylD_O0XcAENczD.jpg

 

Dx7nBRBXcAQtoOq.jpg

« Je voulais leur donner un endroit sûr dans le jardin »

« Au début, il n’y avait qu’une souris mâle. Il avait une coupure à l’oreille et nous l’avons appelé George. J’ai empilé des petites bûches autour d’une boîte pour l’héberger et je l’ai recouverte de mousse et de paille pour en faire un petit abri. Je pouvais voir les chats assis à quelques pas de l’autre côté d’une clôture, alors la pile de bûches faisait également office de barrière de sécurité. »

 

DyWTOTkWkAAuKgT.jpg

Quelques jours plus tard, le photographe découvre que son abri a du succès: « J’ai remarqué qu’il pouvait y avoir plus d’une souris dans la pile de bûches ». Il entreprend ensuite la construction d’une maison: « Je voulais leur donner un endroit sûr dans le jardin pour ne pas qu’elles deviennent la proie des chats ou d’autres animaux. [..] En tant que photographe animalier, je souhaitais aussi créer un bel habitat pour toutes les photos que je prendrais. »

La naissance d’un village

« La première étape de la construction été très facile et a duré environ une heure. Comme plus de souris sont venues les jours suivants, j’y ai apporté des modifications en ajoutant plus de chambres. L’intérieur de la structure en forme de boîte a 2 ou 3 voies d’entrée et de sortie, de façon à ce que les souris puissent s’échapper si besoin. Au fil des semaines et des mois, le village s’est agrandi. J’ai ajouté plus d’espace en préparant l’abri pour un hiver froid pour que les souris aient de meilleures chances de survie ».

 

lea51ofv.jpg

Le photographe se prépare à accueillir plus de monde: « Sachant que les souris peuvent avoir jusqu’à 14 bébés, je pourrais construire beaucoup plus de pièces. J’ai de la place, je ne vois donc pas d’inconvénient à côtoyer des créatures aussi mignonnes et photogéniques. »

Très attaché aux souris, Simon Dell s’est même mis à les nourrir: « La nourriture que je leur donne est généralement entièrement naturelle. Je cueille ou ramasse des baies, des noix et des fruits qui poussent à l’état sauvage ».

 

d336bye4.jpg

« Les souris mènent une vie très heureuse »

Amateur de photographies animalières, Simon Dell explique sa passion: « J’ai toujours aimé la photographie, mais je ne possède qu’un reflex depuis environ trois ans maintenant. Je construis mon kit lentement en mettant à niveau les appareils photo pour améliorer mes compétences et ainsi obtenir de meilleures photos de souris et/ou d’animaux sauvages. »

À ce jour, les souris sont toujours présentes et semblent bien apprécier leur habitat: « Les souris […] mènent une vie très heureuse. C’est l’hiver maintenant, alors les jours sont plus courts et elles sortent moins souvent. […] Je leur donne aussi une poignée de plumes d’un vieil oreiller. Elles les utilisent pour recouvrir leurs lits de façon à ce qu’elle soient bien au chaud pendant les froides nuits d’hiver du Royaume-Uni ».

3f3v2oys.jpg

 

05g9n45f.jpg

 

5df96vid.jpg

 

gp8fkudv.jpg

ixuh7oc9.jpg

th214wji.jpg

kr918qmd.jpg

 

Étiquettes : , , , , , , ,