RSS

LE BLOG DE PETITS OBJETS DE COMPAGNIE….

LE BLOG DE PETITS OBJETS DE COMPAGNIE….

Sur ce blog, nous ne parlerons que rarement d’un auteur ou d’un ouvrage. Nous ne désirons ni prêcher, ni influencer. Nous acceptons juste de guider un lecteur demandeur à la recherche de tel ou tel type ou thème d’ouvrage en l’aiguillant vers un choix d’ouvrages ou de collections dans lesquels  il devra lui-même trier. Nous pouvons aussi faire notre possible pour vous trouver un livre désiré.

Un vrai lecteur doit tracer son chemin par ses propres moyens en évitant d’écouter les sirènes (qui ne sont souvent que les méchantes sorcières de la publicité, âmes damnées des marchands de papiers imprimés – et non de livres) ou les mauvais lecteurs (ces victimes des modes littéraires, ou d’un certain snobisme, qui avalent de la mal-lecture comme d’autres de la mal-bouffe).

Une vie de lecture est un parcours sur une carte dont les livres représenteraient des villages. Le lecteur va de village en village selon sa logique, sa volonté, ses désirs, ses besoins, ses curiosités… Aucun voyage n’est semblable à un autre et le territoire est vaste. Conseiller un ouvrage n’est pas chose si facile, sauf a bien connaître son interlocuteur, ce qui réduit  le nombre de prestations possibles. Conseiller à tout va est prétentieux et ridicule. 

Il faut des années de pratique pour savoir ‘lire », c’est à dire ne pas rester en surface de l’histoire, mais apprécier toutes les facettes d’un texte. C’est en s’appropriant divers outils, divers savoirs que l’apprenti lecteur deviendra un lecteur à part entière. Apprendre à « lire » un une formation longue comme une autre.

Les livres médiocres, voire carrément mauvais sont hélas majoritaires. Mais un bon lecteur fait vite la part des choses. Il est bon de tout lire  pour apprendre à trier et donc important de laisser le lecteur débutant patauger dans toutes les littératures jusqu’à ce qu’il ait le déclic et trouve ce qu’il y cherche, son fil conducteur, sa carte et ses villages, son monde d’écrits.

Si le lecteur patauge encore au bout de quelques décennies à la surface des choses, sans trier, il n’y a rien  faire. Il n’arrivera jamais jusqu’à cet état magique, indescriptible que peut atteindre un vrai lecteur qui ouvre un livre et se nourrira de toutes les facettes du texte. Ce n’est pas un défaut, ce n’est pas un échec de ne pas parvenir jusque là. Tout le monde n’est pas fait pour devenir un lecteur comme tout le monde n’est pas fait pour devenir un grand cuisinier ou un mathématicien de haut vol.

 

Tout se lit, ou presque, une fois  les ouvrages médiocres évacués.  Les bons textes se cachent partout, dans les romans policiers, dans les romances à l’eau bien rose, dans la science-fiction, dans la fantasy, dans les livres pour la jeunesse… Et il y a beaucoup de (très !) mauvais livres parmi les ouvrages étiquetés « classiques dont certains, très surcotés (depuis parfois des siècles…) devraient depuis longtemps être passés aux oubliettes et ne plus franchir la porte d’une école ou d’une bibliothèque.

Cependant, il existe des livres plus dangereux que des livres mal écrits et/ou qui ont mal vieilli. Ce sont les ouvrages, parfois de bonne tenue, mais qui véhiculent des idées malsaines. Ce ne sont pas forcément les ouvrages ou les auteurs auxquels on penseraient en premier et certains sont difficilement détectables pour les non initiés tellement leur façon de distiller les poisons est subtile.

Ces livres malsains sont ceux qui  font du racolage de bas étage, qui manipulent et diffusent des idéologies délétères, qui imposent de la pensée unique. Ils prolifèrent sur les malheurs d’autrui, se délectent des vies brisées, se complaisent dans un sordide dissimulé sous le pavillon du « témoignage ». Ces livres ne sont pas des livres. Vendus à grand renfort de publicité, ces papiers imprimés ne  sont que des moyens de propagande et des moyens faciles de faire de la trésorerie en se nourrissant uniquement des idées et les événements du moment. Ils sont interchangeables, obsolètes en quelques semaines,  fabriqués , écrits « industriellement »,  comme on élève des poulets en batterie, avec comme coeur de cible le lecteur  naïf près à gober le vent du moment pour  se croire à la page. Ces ouvrages sont parfois, comme nous l’avons dit, difficiles à détecter. C’est aussi cela que va apprendre celui qui prend la route pour devenir un vrai lecteur, il va apprendre à trier entre les vrais et les faux ouvrages. A conserver sa liberté intellectuelle, la liberté de ses choix.

Nous sommes très vigilant chez PETITS OBJETS DE COMPAGNIE pour repérer ces ouvrages que nous refusons de propager.

Une fois lancé dans l’aventure de la vraie lecture, c’est un paradis sans fin qu’il est possible d’arpenter.

 

C’est en raison de tout ce qui est dit  ci-dessus que le blog de PETITS OBJETS DE COMPAGNIE fait très rarement la promotion d’un ouvrage ou d’un auteur. Ce blog parle surtout du livre en tant qu’objet, du book art (ou tout ce que l’on peut faire avec un livre en dehors de le lire) , des illustrations (car notre intérêt englobe toutes choses imprimées), des objets très divers inspirés par le livre, un héros littéraire ou un auteur, de films tirés de romans. Le livre ce n’est pas seulement du texte. C’est un objet derrière lequel des métiers se rencontrent  que ce soit pour fabriquer les diverses qualités de papier, les pages de garde, créer des reliures, imprimer, illustrer… Autour du livre gravitent des accessoires : marque-page, coupe papier, couverture de lecture, serre-livres….Cet univers nous passionne et nous espérons qu’il vous enchantera aussi.

Publicités
 

Les commentaires sont fermés.