RSS

Archives de Tag: PETITS OBJETS DE COMPAGNIE

RELIURE ET INCRUSTATIONS DE NACRE…

RELIURE ET INCRUSTATIONS DE NACRE…

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, des livres aux reliures incrustées de nacre furent pendant quelques années à la mode. Ouvrages de poésies sentimentales, romans d’amour à l’eau de rose, contenus religieux, maximes moralisatrices, gentilles pensées, etc., ils étaient le plus souvent offerts, tel le missel lors de la communion catholique. Mais, la plupart du temps, le texte était secondaire, il s’agissait avant tout d’un ‘livre objet » , d’un livre cadeau habillé d’une reliure décorée le plus souvent à l’extrême.

Ces ornements, réalisés à partir de coquilles de mollusques, représentent un moment isolé, intriguant, des Arts décoratifs. A une époque durant laquelle les reliures deviennent de plus en plus élaborées, ces couvertures irisées, à la fois sombres et scintillantes sont étranges, cela hésitant entre une élégance  baroque, gothique, et un mauvais goût clinquant.

Que ce soit les reliures à fonds sombres ornées de nacre  naturellement blanche ou colorée ou celles entièrement  en nacre blanche des missels, les incrustations sont parfois remarquablement exécutées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

SIR TERRY PRATCHETT ET LA JOYEUSE NUIT DU PORCHER ! HO ! HO ! HO !

SIR TERRY PRATCHETT ET LA JOYEUSE NUIT DU PORCHER ! HO ! HO ! HO !

La Nuit du Porcher approche. Il est temps de se préparer psychologiquement pour LA grande fête du monde Pratchettien !

Cela commence par la lecture du « Père Porcher » (Hogfather en VO), le vingtième tome des Annales Disque-Monde ( Discworld en VO),  saga follement magique créée par Sir Terry Pratchett.

Le-pere-Porcher, Ouvrage faisant partie des Annales du Dsque Monde

Un livre à relire chaque année en Décembre…..et les autres mois aussi, si affinités…

313901-14860-clp-950.jpg

L’histoire est simple : C’est la Merveilleuse Nuit du Porcher et le Père Porcher a disparu…. Il va falloir lui trouver impérativement un remplaçant à la hauteur de la tradition… et cela ne va pas être simple, croyez-moi…! Mais attention, ceci reste un conte, avec tout ce que cela comporte comme vérités…

giphy.gif

On complétera la lecture par le film (qu’il est préférable de regarder en VO). Un avant-goût ici   en VO sous-titrée : https://www.youtube.com/watch?v=aIILp0jiXGs

et là en entier en VO : https://www.youtube.com/watch?v=BaOHaBaKq-8&list=PLxjat0ZorRj9jTjaMG7KeBzEObd-RwPgX

Le livre et le film sont devenus cultes. On ne compte plus les produits dérivés, les artistes inspirés par l’histoire et ses personnages, les amateurs costumés en Mort ou Susan (entre autres) lors des cosplays ou  des conventions dédiées à l’univers pratchettiens.

Les sites de fans sont multiples, le site officiel du DISWORLD est ici :http://discworld.com/

hogfather-13.jpg

4ed46fe60f0f3d82619d758d5ac466f0.jpg

hogfather-wallpaper-i8.jpg

dvXSlDIbUeaG9QGljebZ5AYLjfV.jpg

hqdefault.jpg

porkpies21.jpg

tumblr_m7w8foHsis1qbjs71o1_500.png

hogfatherb.jpg

Ci-dessous, Sir Terry Pratchett fait une courte apparition dans le film.

c1212-Santa2.jpg

Hogfather3-400x400.png

Hogfather_Ridcully.jpg

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

DU PAPIER POUR HABILLER LES CADEAUX…..

DU PAPIER POUR HABILLER LES CADEAUX…..

Pour des emballages de cadeaux différents, originaux, personnalisés, tous les papiers dont bons, les pages des vieux livres et tous ces papiers qui sont partout autour de nous… Idéal aussi pour créer des étiquettes…..

Et pour éviter les TONNES de papier qui se retrouvent dans le monde entier le 25 Décembre….

Quelques images…

 

 

1ab3a977679657ccb1e8500eac676dfb--wrapping-ideas-wrapping-papers.jpge701bf00f5b0e51fe9145b6d8340f0e9.jpgil_fullxfull.301270942.jpgil_fullxfull.331084620.jpgil_fullxfull.418178444_fnrb.jpgth.jpgil_570xN.374840654_jtvx.jpgf73396e19d5f631a74f545e3bf0f0657--wrapping-ideas-gift-wrapping.jpgea4ce42b48df3d642aa0cbb313249a76--recycled-book-crafts-old-book-crafts.jpgdd6148565d821bee384a689c083db3a9.jpgbook-giftwrap2.jpg50cc54c2de304249c8531f3e35453d50.jpg03ed4d6a79348e0cb6ab31797551cef9.jpg02bb0428fb315c973bcd89792deb4a39.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

JOYEUX YULE, NUIT DU SOLSTICE…

JOYEUX YULE, NUIT DU SOLSTICE…

JUL (ou Yule qui se prononce Youle, mais encore Jol, Joulu ou Joul, selon les pays) est là. Le jour le plus court et la nuit la plus longue de l’année dans l’hémisphère nord. Les termes « hémisphère nord » sont important dans cette histoire. C’est une période de festivités associées à l’origine au Solstice d’Hiver puis, plus tard, dans les pays nordiques au dieu WOTAN/ODIN.

La statue d’Odin à Hanovre

 

Durant des millénaires, les hommes furent attentifs aux passages des saisons, à la nature dont ils dépendaient entièrement.  Les changements de saisons sont sans doute devenus rapidement des moments spéciaux, des moments de grandes peurs puis de fêtes et de rituels visant à se concilier les bienfaits de la nature nourricière et  toute puissante, à l’honorer. Cette longue nuit du Solstice qui ne semblait pas finir devait être particulièrement effrayante pour ces hommes peut-être encore sans feu, donc sans lumière ni chaleur. Puis, les hommes calculèrent avec précision les cycles saisonniers et commencèrent à placer des repères, des fêtes tout au long de l’année solaire. Cela dû commencer il y a des millénaires, par de tous petits rituels, peut-être dans les grottes de la préhistoire quand nos ancêtres s’inquiétait de cette nature qui  n’offrait plus rien pour se nourrir mais l’obscurité et le froid. Se greffèrent, au fil du temps,  des histoires terribles et merveilleuses, fantastiques, autour de ses fêtes. De là émergèrent, tardivement, les religions abandonnées de nos jours ainsi que leurs héritières encore en activité et dans lesquelles les traces des anciens rituels saisonniers sont toujours détectables. A ces fêtes en l’honneur de la nature, nous devons les récentes (à l’échelle de l’Histoire) fêtes de Noël, de la Chandeleur, de Pâques, la Nuit de Walpurgis,  la Saint-Jean d’été, Halloween  et beaucoup d’autres. 

Les histoires autour du Solstice d’Hiver sont nombreuses, se recoupent, se mélangent, s’enrichissent les unes les autres….On va donc, cette année, parler de WOTAN.

Chez les Germains, Jul (Yule), ce n’est pas que le jour du Solstice  ou le 25 décembre (de notre calendrier): c’est l’époque qui va de fin no­vembre à début janvier. Jul signifie roue. C’est en effet à ce mo­ment que l’année tourne, bascule. En allemand, Noël c’est Weinachten. Le mot est au pluriel car il désigne les douze nuits sacrées (du 25 décembre au 6 janvier). Suivant la tradition germanique, Wotan(Odin) parcourt les bois et les champs avec son armée de morts pendant ces douze  nuits. Les Slaves ont une tradition comparable.

 

Wotan rassemble ses guerriers et les entraîne à la rencontre des démons. Le dieu veille au déchaînement des forces et à l’ordre du monde. Il attire sur lui les puissances chtoniennes et démoniaques qui rôdent dans la nuit et lorsque les sonnailles de l’armée infernale s’élèvent dans les nuits d’hiver, les hommes savent qu’il est là qui chasse sans fin dans les tempêtes du vieux monde. Alors, rassurés, ils songent aux saisons à venir, à l’année qui commence, aux glaces qui vont fondre, à la fertilité des femmes et des champs.

Ce thème se retrouve dans le mythe de la chasse sauvage. Elle est le plus souvent à la poursuite d’un cerf. Le cerf est dans la tradition européenne un animal sacerdotal, le cheval un animal guerrier et le porc un animal producteur. On retrouve souvent le cerf dans les illustrations concernant Yule.

 

La période du Solstice d’Hiver c’est la grande pause créatrice : on ne travaille pas. Tout ce qui tourne s’arrête. C’est la paix de Jul, la Julfriede.

(Les Saturnales par les Romains ressemblaient étonnamment au Noël moderne, où l’on offrait des cadeaux. Les hostilités cessaient, les offices civils étaient suspendus, et des fêtes étaient organisées. « D’ordinaire, les amis s’offrent des présents les uns aux autres, toutes les rivalités cessaient, il n’y avait pas d’exécution de criminels, les écoles étaient fermées, on ne déclarait pas la guerre, mais tout n’était que gaîté, chahut et débauche » (Lempriere’s Classical Dictionary, article : “Saturnalia”). Les chrétiens l’ont reprise en instaurent la trêve de Noël. 

L’arbre est important dans les traditions indo-européenne. Selon la mythologie nordique un arbre puissant serait à l’ori­gine de la vie. Ses racines embrassent la terre et ses rameaux supp­ortent la voûte céleste : c’est Yggdrasill, le frêne du monde.

Les rites et festivités liés au Solstice d’Hiver, qu’ils se rattachent à l’antique  tradition romaine ou aux racines germano-nordiques de la célébration, honorent tous la renaissance progressive de la lumière et de la vie, à partir du point le plus obscur de l’année. La période du Solstice d’Hiver, comprise approximativement entre le 21 et le 25 décembre de notre calendrier est donc celle où la nuit est la plus longue et le jour le plus court. Il s’agit de célébrer le réveil annoncé de la nature et de la vie, dans le mouvement cyclique des alternances entre la mort et la vie, la rotation éternelle du cycle des saisons, symbolisée notamment par la roue solaire. Un lent processus de renouveau commence avec le soleil qui brille un peu plus longtemps chaque jour.

 

Le char de Freija (Freya, Freyia) tiré par des chats

C’est dans cette même optique de célébration de l’espoir de la renaissance de la lumière et de la nature que se sont popularisées via les traditions germano-nordiques comme romaines les décorations à base de branches d’arbres et d’arbustes à feuilles persistantes et de feuilles de houx…ces plantes qui demeuraient toujours vertes et qui incarnaient donc le renouveau. Les couronnes dont nous ornons nos portes descendent de celles  – autrefois constituées de branches vertes tressées en forme de cercle – participent de la même symbolique, représentant la plante qui reste verte associée au cercle du cycle des saisons et des renaissances, véritable forme simplifiée de la roue solaire, en l’honneur du soleil invaincu et renaissant. Le sapin de Noël trouvent aussi là ses racines quand, dans les temples romains et grecs, des branches de persistant étaient décorés de fruits, de rubans, etc. Plus tard, cette tradition évoluera dans les pays germaniques en un sapin décoré. Le sapin, en sus d’être toujours vert et d’incarner les principes de vie et de renaissance, s’apparente aussi à l’Irminsul des anciens Germains continentaux, ainsi qu’à l’Yggdrasil des anciens Scandinaves. Il est arbre de vie et axis mundi, axe du monde qui soutient et relie les divers plans de l’univers.

La bûche a aussi une longue histoire pour passer des feux allumés en l’honneur du soleil renaissant au dessert que nous connaissons. La forme à survécu, certaines choses sont tenaces….

 

Il y a un autre personnage important, la déesse germano-nordique Freyja (ou Freya) aux yeux bleus et aux cheveux dorés. Elle est aussi la divinité pourvoyeuse symbolisant l’abondance et la fertilité. Son char est tiré par des chats. Son histoire est trop complexe pour être développée ici.

Enfin, on notera aussi cet objet symbolique qu’est la Tour de Jul (Yule), un chandelier de Noël caractéristique de la tradition germano-nordique. Réalisé en terre cuite, en argile ou en céramique, il comprend quatre faces ajourées ornées de coeurs, de roues solaires et de symboles runiques. On y fait se consumer deux bougies, l’une à son sommet, et l’autre à l’intérieur. Les origines de cet objet rituel remontent au Haut Moyen-Âge, et son usage était encore courant dans les campagnes allemandes et scandinaves du XIXème siècle.

Et ce n’est pas tout, voici une autre histoire :  C’est le temps de la renaissance du Dieu Cernunnos ( représenté avec des bois de cerf ou sous la forme d’un cerf), d’Astado, l’homme vert, le roi du chêne …Selon les légendes, le roi Holly (Houx) s’est battu contre le roi Oak (Chêne) et a été vaincu … le roi Oak régnera pendant la belle moitié de l’année, après le solstice d’hiver jusqu’au solstice d’été, moment auquel il sera vaincu par le roi Houx/ Holly, qui règne pendant la moitié sombre de l’année, lorsque le roi Oak/Chène perd ses feuilles … tandis que Holly est orné de fruits rouges et conserve ses feuilles vertes.
Symboliquement parlant Yule représente ici la renaissance du dieu après sa mort. En effet, à Samhain (Halloween) la déesse descend  le chercher dans les enfers puis  se rendant  compte que le dieu vit en elle,  elle lui donnera naissance. Cette célébration correspond au Solstice d’Hiver. Il faut du temps pour se réveiller à un nouveau cycle après la mort. La vie attend le moment de la renaissance sous la terre, les graines attendent de germer…. De là aussi les nombreuses illustrations d’animaux endormis.

Il serait possible de raconter bien d’autres histoires. Les légendes nordiques, germaniques et slaves sont merveilleuses (dans le sens originel du mot). Ce n’est pas pour rien que la littérature fantastique et la fantasy y plongent leurs racines.

 

A ceux qui fêtent Yule, originellement une fête de la nature, nous souhaitons une très belle Nuit du Solstice.

La semaine prochaine, nous parlerons du rapport entre Yule et Noël.

Et maintenant, la partie que nous aimons bien : le papier imprimé ! Les images !

L’histoire du roi Houx et du roi Chêne à donné de très belles illustrations.

Y

paganisme,identité & racines
Wotan / Odin chevauchant dans les airs son destrier à huit pattes Sleipnir,
suivi de ses deux corbeaux Hugin et Munin (Pensée et Mémoire).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

NORMAN ROCKWELL : UNE EXCEPTIONNELLE EXPOSITION à CAEN…

NORMAN ROCKWELL : UNE EXCEPTIONNELLE EXPOSITION à CAEN…

Les illustrations de cet article sont Copyright Museum Norman Rockwell

42 tableaux seront exposés du 10 Juin au 27 Octobre  2019 au Mémorial de Caen.  Le prix du billet n’est que de 10 euros. Nous vous conseillons de réserver sur le site du Mémorial, un nombre limité de visiteurs étant admis par heure. https://billetterie.memorial-caen.fr/Vue/Rockwell/expoRockwell.php

 

Norman Rockwell (1894-1978) est l’un des plus célèbres peintres et illustrateurs américains. Tout le monde a déjà vu l’une de ses toiles ou l’une de ses illustrations pour des couvertures de magazine (321 couvertures époustouflantes pour le Saturday Evening Post de 1916 à 1963) ou des ouvrages de fiction. Ses oeuvres hyperréalistes ont été diffusées appliquées sur de nombreux supports. Scènes de la vie quotidienne des Américains moyens, images plus engagées, illustrations d’ouvrages de fiction, scènes humoristiques, ironiques ou caricatures…Le style Rockwell est reconnaissable au premier coup d’oeil. On en comprend les influences et on devine quels peintres et illustrateurs d’hier et d’aujourd’hui ont étudié son héritage. 

 Au moment de la Seconde Guerre mondiale, Norman Rockwell s’engagea sur le front politique et, en 1943, il se fit connaître du monde entier avec sa série de toiles Les Quatres Libertés (the Four Freedoms). Ces tableaux représentent la liberté de culte, de parole, la liberté  de vivre à l’abri du besoin et celle de vivre à l’abri de la peur. 

Cette exposition en tournée est proposée par le Norman Rockwell Museum et Caen est sa seule étape en Europe.  Site du musée Rockwell : https://www.nrm.org

Rockwell reconnaissait qu’il lui était parfois difficile de peindre toujours seulement d’après imagination. Il utilisa donc la photo pour insérer des scènes dans ses compositions. Partant d’une idée générale,  divers éléments dont il avait besoin étaient photographiés. Les personnages l’étaient individuellement ou à plusieurs, souvent en studio. Perfectionniste, il voulait l’exactitude dans les détails les plus banals et des accessoires  authentiques. Il savait obtenir de ses modèles la pose et l’expression faciale souhaitées. (Il existe des photos amusantes de Rockwell montrant les poses et les expressions qu’il recherchait.) Il utilisait ensuite un projecteur  pour afficher les photos  (toujours en noir et blanc). Il combinait et esquissait les  éléments de chaque photo, construisant progressivement l’image jusqu’à  obtenir la mise en place désirée  Ce procédé a été utilisé par Rockwell pendant une grande partie de sa carrière. 

11/28/1939-ORIGINAL CAPTION READS: Norman Rockwell, artist. Photo shows Rockwell painting with smoking pipe in his mouth.

En 1963, Rockwell  mit fin à sa collaboration avec le Saturday Evening Post  car on lui imposait  trop de contraintes, une ligne éditoriale qui  lui interdisait d’aborder des sujets plus complexes. Il travailla ensuite pour Look explorant les aspects les plus sombres de la vie américaine, tels que la lutte pour les droits civiques dans les années 1960. 

Interaction fascinante entre la photographie et la peinture, la façon dont Norman Rockwell créait ses tableaux et ses illustrations ne nous parait pas du tout une « tricherie ».  Il y a loin de la photo originelle à la toile finale. Chaque artiste à ses méthodes, ses recettes secrètes et nul doute que Norman Rockwell aurait utilisé les logiciels de traitement d’image.

Norman Rockwell n’a pas été le seul à utiliser la photographie comme outil de création complémentaire, certains artistes l’ont utilisée avant lui, d’autres après lui. Les dessinateurs de pin-up ont aussi beaucoup travaillé d’après des photos. L’arrivée dans les années 80  des premiers  logiciels de traitement numérique des images a ajouté un outil dans la trousse des créatifs, outil qui facilite les montages préliminaires, la recherche de mise en place.

Et, pour rappel, Utrillo travaillait d’après carte postale.

Rockwell n’était pas son propre photographe. il préférait recruter  des photographes  pour effectuer les prises de vue et les tirages. La plupart des photos ont été réalisées par trois hommes: Louie Lamone, Gene Pelham et Bill Scovill.

Rockwell a décrit ce modus operandi  comme «une forme de basse tricherie, une béquille déshonorante pour dessinateurs paresseux, une trahison des principes artistiques», traitant son projecteur opaque comme «une machine perverse, inartistique, créant des habitudes, paresseuse et vicieuse… J’en utilise un souvent et j’en ai honte. Je le cache chaque fois que j’entends des gens venir. »

(Original Caption) Photo shows painter Norman Rockwell seated in front of one of his paintings. (Photo by George Rinhart/Corbis via Getty Images)

Affiche d’une exposition passée qui montrait les photographies utilisées par Norman Rockwell pour composer certains de ses tableaux et illustrations.

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

LES LIVRES DE VERRE DE PASCAL CONVERT …

LES LIVRES DE VERRE DE PASCAL CONVERT …

Nos Petits Objets de Compagnie préférés déclinés en verre…

Les livres en verre de Pascal Convert 

En savoir plus sur l’auteur, c’est ici : http://www.pascalconvert.fr

Copyright Pascal Convert, photographes et galeries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes : , , , , , , ,

BRONIA SAWYER ET LES LIVRES…..

BRONIA SAWYER ET LES LIVRES…..

Bronia Sawyer est britannique. Elle utilise souvent  les livres comme matière première et/ou comme inspiration. Elle explore différentes techniques, différents styles. Son site est ici : http://www.broniasawyer.co.uk/home/4547930967

Quelques images de ses créations…Copyright Bronia Sawyer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes : , , , , , , ,