RSS

Archives de Catégorie: Archives

RELIURE ET INCRUSTATIONS DE NACRE…

RELIURE ET INCRUSTATIONS DE NACRE…

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, des livres aux reliures incrustées de nacre furent pendant quelques années à la mode. Ouvrages de poésies sentimentales, romans d’amour à l’eau de rose, contenus religieux, maximes moralisatrices, gentilles pensées, etc., ils étaient le plus souvent offerts, tel le missel lors de la communion catholique. Mais, la plupart du temps, le texte était secondaire, il s’agissait avant tout d’un ‘livre objet » , d’un livre cadeau habillé d’une reliure décorée le plus souvent à l’extrême.

Ces ornements, réalisés à partir de coquilles de mollusques, représentent un moment isolé, intriguant, des Arts décoratifs. A une époque durant laquelle les reliures deviennent de plus en plus élaborées, ces couvertures irisées, à la fois sombres et scintillantes sont étranges, cela hésitant entre une élégance  baroque, gothique, et un mauvais goût clinquant.

Que ce soit les reliures à fonds sombres ornées de nacre  naturellement blanche ou colorée ou celles entièrement  en nacre blanche des missels, les incrustations sont parfois remarquablement exécutées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

LE VIEIL AN ET LE NOUVEL AN…

LE VIEIL AN ET LE NOUVEL AN…

Ce petit article va clore la série que nous avons commencée avec celui consacré au thème de YULE, le Solstice d’Hiver. Le mélange des traditions, des rituels qui commence à Yule et se poursuit à Noël trouve sa scène finale au Nouvel An

6b7bc0a8d9ac2b0726f81216d150a6a7.jpg

On va retrouver, pour la nouvelle année, deux personnages : un vieil homme dans le rôle du Père du Temps (Father Time) et un jeune enfant dans le rôle du Nouvel An.  Le Père du Temps porte les attributs de la Mort, le sablier et la faux. Il est marié à la Mère Terre. Il représente le passage du temps.  Il faudrait là aussi aller voir du côté de l’Antiquité, chez les Grecs et Chronos, chez les Romains et Saturne. Sa représentation dans les arts se retrouve dans bien des cultures. Un amalgame s’est produit  dans l’iconographie saisonnière entre le Père du Temps et le Vieil An.

L’enfant, le Bébé Nouvel An (Baby New Year), représente  à  la fois une naissance (le Nouvel An) et une renaissance(le cycle des saisons). L’année n’est jamais représentée que par ces deux âges : le bébé (ou un très jeune enfant) et le vieil homme.

On trouve parfois le Père du Temps accompagné d’une jeune fille ou femme.  Nous ne trouvons pas d’explication pertinente.  Est-ce une représentation de Mère Terre ? Peut-être s’agit-il simplement d’une recherche graphique ou de dessinateurs décidés à innover pour une raison quelconque. 

 

b2f1c6b75d16d6e3315d12c80b94e968.jpg

 

La littérature  et les archives concernant les fêtes et les traditions sont riches  et il est possible de trouver des ouvrages pointus et des thèses sur ces sujets. Les différentes archives (municipales, départementales, régionales, notariales, religieuses, hospitalières, celles des présidiaux, des anciennes corporations, les archives privées  et bien d’autres sont une mine sur les traditions et leur grande plasticité. Il  faut se méfier des ouvrages qui ne se basent pas sur des recherches satisfaisantes. Il y a encore trop d’ouvrages en circulation qui sont le fait d’amateurs peu éclairés qui continuent à propager de vieilles erreurs.

56a426cfb7a239690fec1b8890aee1e9--vintage-pictures-holiday-cards.jpg

Les traditions – et c’est un paradoxe – n’ont jamais une très longue existence, elles sont loin d’être statiques, définitives et persister dans un état donné, figé, fixé. Le point de départ, l’idée de départ  ou l’événement originel reste généralement reconnaissable au fil des siècles malgré l’empilement des  manipulations. Les dates (ou périodes), elles, restent pratiquement les mêmes car on ne peut modifier le cycle des saisons. Mais les rituels se déforment très rapidement. Le mythe d’une immémoriale ancienneté des festivités annuelles fit longtemps croire que les rites, les coutumes, les fêtes religieuses, les fêtes saisonnières agraires étaient vécus de la même manière qu’à des périodes très antérieures, que rien n’avait changé depuis le début. La faute en est aux folkloristes qui inventorièrent  sur le terrain au XIXee siècle, cela mêlé à une vision naïve d’un passé idéalisé. En réalité, la majeure partie  des éléments  de cette culture populaire (grandement campagnarde) qu’ils collectèrent ne datait que de l’époque de Louis XV et de Louis XVI et avait déjà bien évoluée.

bad94175faf6449b77d86551a74d6154.jpg

Les curieux qui fouillent sérieusement dans les Archives vont de surprises en surprises, obligés de reconnaître qu’entre ce que l’on raconte au café du Commerce   ou au coin du feu et la réalité,  la marge est large. A côté de la façon dévergondée (et le mot est faible), débridée, violente souvent dont nos ancêtres ont vécus les fêtes annuelles (même religieuses), comportant de plus des paramètres politiques et financiers non négligeables, les festivités actuelles sont bien sages pour ne pas dire  bien insipides. Nous n’avons que deux modestes réveillons (et deux messes pour les Chrétiens, celle de Minuit et du Jour de Noël) alors que nos lointains ancêtres, privés de travail aux champs durant l’hiver, se défoulaient durant plusieurs jours. Quelquefois les festivités disparaissaient durant un temps, en raison d’une guerre, d’une famine, d’une sévère épidémie,  un changement d’idéologie (comme lors de l’émergence du protestantisme qui   – dans les villes et régions conquises – fit le ménage dans les coutumes qui allaient – il est vrai – parfois vraiment loin dans l’indécence.) Des moments de puritanisme croisent ainsi des moments de débauche  (et là encore le mot n’est pas trop fort.)  Des milliers de documents, décrets, jugements, procédures, lois, écrits de témoins, etc. nous peignent un tableau épique des fêtes d’autrefois qui n’ont rien d’un chromo ou d’une mignonne carte postale. Les  autres fêtes , rurales  ou  citadines, religieuses ou non, de l’année étaient aussi prétextes à des débordements que nous serions bien en peine d’imiter aujourd’hui..

 

COMMENT PEUT NAITRE UNE TRADITION ?

Un événement, une observation de la nature, le développement d’une idéologie, etc. peut être un point de départ. Peu importe le prétexte.

Prenons l’exemple d’une tradition récente chez nos voisins britanniques, une tradition née d’un événement politique : la Guy Fawkes Night, la Nuit de Guy Fawkes. l’anniversaire de la Conspiration des Poudres ((ou encore :  Bonfire Night, Plot Night,..). Le 05 novembre 1605, onze conspirateurs catholiques anglais menés par Guy Fawkes et Robert Catesby tentèrent de faire sauter, à l’aide de trente-si x barils de poudre, le bâtiment du Parlement, à Londres, alors que le roi James 1er y était présent. Le complot échoua, les conspirateurs arrêtés furent exécutés. Depuis, le 5 novembre, on commémore cette nuit. On confectionne des mannequins de paille à l’effigie de Guy Fawkes (the guy), ils seront brûlés sur les feux de joie. Les enfants portant un masque de Guy Fawkes, ou promenant un mannequin, mendient  » A penny for the guy ». Avec le temps, des tirs de feux d’artifice ont été ajoutés. On chante aussi des  chansons, des comptines  populaires bien que celles chantées actuellement soient moins violentes que celles d’autrefois (vous les trouverez facilement sur le web.) Comme toutes les traditions, celle-ci connait des évolutions. Ainsi, des objets symbolisant le malheur sont parfois ajoutés au bûcher. Sans compter des variantes locales.

Le masque de Guy Fawkes est connu de tous car il est  celui utilisé par les Anonymous, un groupe actif de cybermilitants.  Guy Fawkes en personne, son nom ou son masque sont présents dans la littérature, au cinéma, dans des jeux.

 

1910-Greetings.jpg

Petits Objets de Compagnie aime le papier imprimé, tous les papiers imprimés et les incontournables cartes de voeux qui racontent tant de choses sur une si petite surface…

Les cartes anciennes nous proposent le Vieil An/Père du temps et le jeune Nouvel An, sur d’autres l’enfant est seul en scène sur des cartes qui se veulent légères, humoristiques.

Mais laissons les images conter tout cela….

Nous commençons par la rencontre du Vieil An et du Nouvel An…

1c0e8c2f654cf93123fa17df90a899f7.jpg

 

56a426cfb7a239690fec1b8890aee1e9--vintage-pictures-holiday-cards.jpg31f88dc49472957a611ce880a694ce40.jpg9f01ec9f1796b73903e4402448355070--new-year-greetings-time-time.jpg

4ee82dee5ccf24ce588538f4c1bfac4e--time-time-father.jpg

 

56a426cfb7a239690fec1b8890aee1e9--vintage-pictures-holiday-cards.jpg

OldDesignShop_BrundageNewYearPC.jpgvintage_new_years_greetings_card-r3c11813dea0341358a60107a97ed44e0_xvuat_8byvr_512.jpg

kid-scythe-new-year-old-man-hourglass-greeting-card.jpg

 

5188cc9d03f7d7bdf6c8b5a44591ef72.jpg

 

 

gettyimages-463905171-2048x2048.jpggettyimages-520828525-2048x2048.jpggettyimages-629557513-2048x2048.jpg

image

Assez rare, le Nouvel An représenté avec le Père du Temps est une petite fille. Le Bébé Nouvel An, bien que le sexe soit indéterminé est considéré comme un garçon.

th.jpgnew-years-cards-angel-by-first-of-january.jpgnewyear-clipart-graphicsfairy004c.jpg

il_fullxfull.205167455.jpgil_570xN.378978719_oy1o.jpgd420cdc91ee2062dc60848890009158d--vintage-clipart-vintage-cards.jpg8438424ef5c362b9a6eb6df90a027f35--vintage-greeting-cards-happy-new-year.jpgc824dfd860dc5c38bc2b5b1fe3fc9c82.jpg

 

il_570xN.386010829_jbut.jpgbaby-new-year-father-time.jpg

31193c3b5c651118a7eaf1817364e9d7.jpg

 

449fedddaf6e5da6f1b2fb45f8807a68--vintage-cards-vintage-postcards.jpg

 

Le petit enfant sans le vieil homme

 

vintage-postcard-new-year-s-eve-greetings-embossed-gilt-baby-new-year-08362309fc5da027d2cbfdc535696186.jpgLovely vintage New Year card (20).jpgnewyearbabychampagblog.jpge12eff0a0b79ba5403d9fbb4f4c65565--new-year-greeting-cards-new-year-greetings.jpgd3d17542dcac46d7e35af7fc9cfdd9c0--happy-new-year-cards-happy-new-year-everyone.jpgbfcd52b3d8759773849c848d6004c6cd.jpgbe7eb8d1957bab796a7ca8d5b2595226--christmas-greeting-cards-christmas-greetings.jpg5310618767_48e4a0d69b_b.jpg563024.jpg23191c97513be25cf4d0d6bb68849dd3--diy-vintage-vintage-cards.jpg820c6450dba9d0f31b9e62d05ce66761.jpg80cf7e0324944fa419cf658bf880c503--vintage-clipart-vintage-cards.jpg9f3bea87b7a6803e0aba4e9cb5811440.jpg9cecaadf8717e0efce55ca790ee0555a--new-year-card-happy-new-year.jpg9a2277ef07180f90736cb6dfa9217279--vintage-signs-vintage-cards.jpg4b438511309a73d4fff534f4a161cfc9.jpg3a9a01c8f991b30a18c5363b9a2a3240--vintage-greeting-cards-vintage-postcards.jpg1cba868a9af1947ab80a1abb0c5d73be.jpg

0fc44493372c93e0a88ee01cad7b4b21--happy-new-year-vintage-cards.jpg

 

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

L’UN DES DOMICILES LONDONIENS DE SHAKESPEARE RETROUVé…

L’UN DES DOMICILES LONDONIENS  DE SHAKESPEARE RETROUVé…

Toute nouvelle informations concernant Shakespeare est accueillie avec une pétillante satisfaction. Toute nouvelle raison d’aller à Londres (si toutefois il en fallait une…) est la bienvenue…

De nouvelles recherches  ont permis de trouver où  habitait William Shakespeare à Londres lorsqu’il écrivait Roméo et Juliette. On savait, jusqu’à présent, que le dramaturge vivait à proximité du site de la gare de Liverpool Street dans les années 1590, mais sans plus.  Ce lieu avait déjà été identifié comme celui où vivait Shakespeare, alors connue sous le nom de paroisse de St. Helens, grâce à son  inscription sur les registres des contribuables en 1597/98, mais son emplacement exact n’a jamais été identifié.

Registre des contribuables de la paroisse St Helen sur lequel figure, avant-dernier, le nom de William Shakespeare

L’historien Geoffrey Marsh, directeur du département théâtre  du Victoria and Albert Museum.  a passé une dizaine d’années à rechercher méticuleusement le domicile du dramaturge et poète en se référant aux documents officiels pour déterminer exactement où Shakespeare avait vécu durant ces années-là.

Les preuves suggèrent que le barde logeait dans ce qui est maintenant le 35 Great St Helen’s, un site à côté de l’église St Helen’s occupée actuellement par un immeuble de bureaux. Sa maison était probablement située dans un groupe de propriétés qui surplombait le cimetière St Helen, à quelques mètres de l’endroit où se trouve aujourd’hui le « Gherkin », (le cornichon), le gratte-ciel de l’architecte Norman Foster

A l’époque ou il écrivait Roméo et Juliette, le dramaturge habitait donc  le quartier St Helen.  Il ne reste presque plus rien à cet endroit du Londres qu’il connu.

Selon Geoffrey Marsh, Shakespeare vivant à l’emplacement du bâtiment à gauche de cette photo de Great St Helen’s à Londres, dont les balcons n’ont rien du charme supposé de celui de Juliette à Vérone. St Helen’s Bishopsgate au centre, le «Gherkin» en arrière-plan à droite.
Selon G. March, W. Shapespeare vivait dans un maison située à l’emplacement du bâtiment de gauche sur cette photo de Great St Helen’s. L’église St Helen’s Bishopgate est au centre avec le « Gherkin » en arrière-plan.

Shakespeare était le locataire de la Compagnie des vendeurs de Cuir (Company of Leathersellers), guilde qui organisait le commerce du cuir dans l’Angleterre élisabéthaine.. La situation de ce domicile nous en apprend un peu plus sur l’environnement dans lequel vivait et travaillait l’écrivain. Il vivait dans l’une des paroisses les plus riches de Londres, près de personnages publics puissants, de personnalités influentes, de marchands fortunés, de scientifiques, d’intellectuels divers et de musiciens reconnus. Les marchands avaient des contacts  dans toute l’Europe et au-delà, les intellectuels connaissaient tous les courants d’idées dont les grandes thèses progressistes des universités italiennes et allemandes. Un milieu exceptionnel, brassage d’une population active, de chercheurs, propre à  nourrir une oeuvre et qui expliquerait la richesse de détails, de propos, de réflexion  dans de ces pièces de théâtre d’une rare érudition dans de nombreux domaines. Shakespeare avait à sa porte les personnes les plus à même de le renseigner sur mille sujets.

Vivre parmi les puissants dans un quartier riche apportait également un amélioration au statut social de l’écrivain qui avait pour ambition d’acquérir le blason familial et une maison cossue à Stratford.

Les textes du  théâtre élisabéthain sont d’un niveau exceptionnel. Ce théâtre était pourtant un  véritable théâtre populaire, nourrissant et divertissant tous les Londoniens,  les érudits ainsi que les gens du peuple qui n’avaient jamais fait d’études, voire fréquenté une l’école.

Durant les années 1590, Shakespeare se produisait avec la troupe du Lord Chamberlain au Theatre, qui fut le premier théâtre permanent de Londres. En 1598, le Theatre fut démonté et ses matériaux réutilisés pour construire le célèbre Globe Theatre sur l’autre rive de la Tamise. Le Globe fut détruit par un incendie en 1613. C’est suite à la découverte des vestiges du Theatre dans le quartier de Shoreditch, à environ un kilomètre de le résidence de Shakespeare, que G. March  a commencé ses investigations.

ST HELEN BISHOPGATE AUTREFOIS

Il était tentant de rechercher des images de cette église , vestige du Londres médiéval, dans un environnement ante-Gerkin

an-engraving-of-st-helens-church-bishopsgate-scanned-at-high-resolution-eh8g5y.jpg

L’église date du  XIIe siècle et se trouve dans la City of London. Son existence est attestée en 1210 comme prieuré des Bénédictines et décrit comme un vaste édifice avec deux nefs parallèles. Lorsque le prieuré fut dissous en 1538, l’église fut divisée en deux, les nonnes conservant la partie nord et les paroissiens la partie sud. Le bâtiment a échappé au Grand Incendie de Londres de 1666. D’importantes restaurations ont été effectuées  à la fin du XIXe siècle.

church-of-st-helen-bishopsgate-city-of-london-1810.jpg

De l’extérieur, c’est un bâtiment sobre pour ne pas dire assez rébarbatif. La façade nous laisse penser que l’église est petite, mais il n’en est rien, elle est vaste et haute. De belles surprises attendent le visiteurs, tels de magnifiques gisants polychromes.

Pour en savoir plus sur St Helen Bishopgate, suivez ce lien : https://medievallondon.ace.fordham.edu/exhibits/show/medieval-london-sites/sthelensbishopsgate

1619528_f1a8435f-bb5e-45ac-bbb1-b16c331e045f_1024x1024.jpg

figure1049-005.gif

figure1049-024.gif

staticmap.png

spencer2.jpg

gresham2.jpg

crosby3.jpg

city_of_london_st_helen_bishopsgate190517_121.jpg

bonde.jpg

pickering5.jpg

reredosangel.jpg

sthelensext2.jpg

norwich-bishopgate-and-st-helen-s-church-1921_70881.jpg

church-of-st-helen-bishopsgate-city-of-london-1817-1911-artist-william-HT27RT.jpg

fig285.jpg

XH019282_942long.jpgbartholomew-howlett-interior-south-west-view-of-the-church-of-st-helen-bishopsgate-city-of-london-1817.jpg26095.jpg

 

Étiquettes : , , , , ,

LE LIEVRE ET LE MANUSCRIT…

LE LIEVRE ET LE MANUSCRIT…

Le lièvre et le lapin sont  omniprésents sur les enluminures des manuscrits anciens. Si l’anthropomorphisme semble dominer,  certains lapins (ou lièvres) « au naturel » sont dessinés avec réalisme ou beaucoup d’originalité.

Lièvre et lapin font partie depuis la plus lointaine antiquité des symboles courants.Toutes les civilisations leurs ont accordé< tel ou tel pouvoir, savoir, vertu, etc.

 

4d5cced9687b99ab5a171a9e8eb86136--art-medieval-medieval-manuscript.jpg

5c277c5973672bd323af862141b5038c.jpg5cf86ea18db72940fdddde8b0aeee888--cute-bunny-medieval-art.jpg7d6d80683ce2c4ebf52af013afdf8400--medieval-manuscript-medieval-art.jpg19cab8a28ccb59c97a176bab482ab6ba.jpg71e2b936c3d44b795ff9a6a29d89e2ec.jpg88af9b3cf311ff00d50e09ce34cbe236--leiden-scribe.jpg348ddaf95b74a3ae8863d5f3a394593e.jpg677ac2426b45e393eed4f5a2cbc826b4.jpg6219b1f9d3fae8e76b58a9ac838f416d.jpg7830d3b15de38cd8843b24de0701b50a--art-medieval-medieval-manuscript.jpg12597b7750912f3ac78a7927c5176672.jpg42143e1f3bd98e0f696c6fde2fb08b28.jpg67173a87fa60967f15fbb5db217c3868--bunny-art-illuminated-manuscript.jpg244458ffc4996bc6724b8d2910617bd2.jpg

923319ce13a602dfafe4d8a101f8fd9a--medieval-manuscript-illuminated-manuscript.jpg961430-024fbd32-d724-11e4-91d8-f0bc1d307f16.jpg160608125608-medieval-killer-rabbits-9-super-169.jpg160608125751-medieval-killer-rabbits-10-super-169.jpgbcd79de1d7f479e4c101b7183dca441f.jpgbf7548cf6264ed301f7a7a8ea72a9b9f.jpgbf8874aecb56c9156ec6eb677c96f407--rabbit-art-illuminated-manuscript.jpgbodl_Douce5_roll208H_frame1-f.jpgbodl_Douce6_roll244.2_frame11-f.jpgBunny-1-600x390.pngbunny-vs-angel2.jpgc5a12f821d05981fbd67904bc814b06f--rabbit-illustration-th-century.jpgC9hOgFFXoAAsHMm.jpgdaed5c6af020607c81572d68cd708f50.jpgde926807fc04480e0f03c439f135001c--st-gallen-celtic-designs.jpgdea9494f18b75630a192c3b405474674--illuminated-manuscript-middle-ages.jpge9e54f08a0db081f02e0609551f8253b.jpge140fe911c81b3c72d4a947c0b23149f.jpgfor-some-reason-killer-bunnies-were-a-thing-in-medieval-times-x-photos-210.jpgfor-some-reason-killer-bunnies-were-a-thing-in-medieval-times-x-photos-215.jpgfor-some-reason-killer-bunnies-were-a-thing-in-medieval-times-x-photos-216.jpgkiller-bunny.jpgkiller-rabbit.jpgkiller-rabbits-medievil-1.jpgkiller-rabbits-medievil-14.jpgMedievalBunny_01.jpgMedieval-Rabbit-2-600x390.pngMedieval-Rabbit-3-600x390.pngob_9aa898_0-12akuiuawpgptltw.jpgrabbit-and-sword.jpgRoyal-3-D-VI-f.jpgtumblr_mo2uzrUe891rqxd5ko1_1280.jpgth.jpgkiller-rabbits-medievil-10.jpgFDFDHHF.jpgd62a2f8347bcbcccaf1480562f4f2f51--medieval-manuscript-illuminated-manuscript.jpgcde5778e08991da5074122894f8f5a90.jpg160608130024-medieval-killer-rabbits-11-large-tease.jpg057816167acdc455f8f86168bbb65f29--som-medieval.jpg09829aa147caed244f87dc0bb4768a11.jpg6306ea5f740b102663025e9b801e0050.jpg939b78a116d9a63bc54fef16d1238fad.jpg73b64ca1fa17633a6f6696bab2d7790f.jpg84c5158e17febb4d3aa27f6c145994db.jpg194x8dzv9iaqgjpg.jpg678be79f65931763f0c83c8a5c29a78e.jpg6154f1d8a77cb3183662e7e45fe59258.jpg72795d16d19a2825e1b566ed85f4b9e1.jpg182464-289738-atibbar1jpg-620x.jpg7009269.JPG339042383f840040f7151d04ee355f09.jpg1365910112-5.jpg7699243818_f188d31fba_z.jpg160608101623-medieval-killer-rabbits-1-super-169.jpg160608123350-medieval-killer-rabbits-2-super-169.jpg160608124046-medieval-killer-rabbits-4-super-169.jpg160608124357-medieval-killer-rabbits-5-super-169.jpg160608125035-medieval-killer-rabbits-8-super-169.jpga0bde3749aa293de1a2fc3e1bc05a35b.jpgb0be61e7888bc619ceeb617526e5040a.jpgb67bcc3732710e291a9975bac1baae9f--italian-greyhound-medieval-manuscript.jpgbf8874aecb56c9156ec6eb677c96f407--rabbit-art-illuminated-manuscript.jpgbodl_Ashmole1525_roll187J_frame6.jpgc6e2d604bebf81e6b9fbb20e6094d5f2--gorleston-rabbit-art.jpgC0171222-Hunting_rabbits,_14th-century_manuscript-SPL.jpgcec97b20a7a9ad3f566f4b6e5a0553cd--medieval-manuscript-illuminated-manuscript.jpgd62a2f8347bcbcccaf1480562f4f2f51--medieval-manuscript-illuminated-manuscript.jpgdce52f0f653a6f490967a954839c4204--bunny-hutch-bruges.jpgE1B.jpge71c29a779f0682b9eeb032f928c5957--rabbit-art-illuminated-manuscript.jpgecd21f3a6aac0bd5d18af03b663d607e--british-library-a-stick.jpgfish-rabbit-1.jpggetty+unknown+manuscript+rabbits+enhance+00241601.jpgGorleston Psalter, England 14th century (British Library, Add 49622, fol. 133r).jpgimg9206.jpgMedievalBunny_01.jpgtumblr_masu7z14CT1rqxd5ko1_1280.jpgfc1573d90e0346d624ff902ce998b302--folktale-illuminated-manuscript.jpgd7daf668d3d8e9279a6c500f3341595a.jpg79931bd013334accd27130fdfbd3b74d.jpg677ac2426b45e393eed4f5a2cbc826b4.jpg2c80160d04a8f6f9d2a673c0339e1918--romanesque-illuminated-manuscript.jpg4b5cab73140b7bb7c3aac5ea892b741b.jpg4c63878b65cfaf6ab7ff9b7f9daf0e6d--gorleston-british-library.jpg7d6d80683ce2c4ebf52af013afdf8400--medieval-manuscript-medieval-art.jpg8a0d15e8ec179ab82729074b692f6c8c--british-library-medieval-art.jpg09c7f1bf617cc3682d67d5bcdf316f08--medieval-manuscript-illuminated-manuscript.jpg71ec91eda5eccedeeadbe3d0e0101226.jpg5df5985dfe21025e60165e688db40fbd.jpg216af07ec72e3ac5997669b4d9d0bfdc--rabbits-french.jpg65d4168aadb171fe8799461a0fb84c48.jpg0d263d2b19b55736e6cb9917a9d58252.jpg0-K6bYkYkhGimY4fXS.jpg0-LLsXhJ9EWOkUaSH8.jpg7e0956c7d362f889fe9dd57829968693.jpg5aea6f90b72e156ca9d976edd365747c.jpg2e3c96baa04e965a1b57402d0a760573.jpg01-05-bsg.jpg0ba86186c73e4ad8022f0084a639fcd0--funny-rabbit-medieval-manuscript.jpg

 

Étiquettes : , , , , ,

LE CLOWN, LA PEUR et HALLOWEEN….

LE CLOWN, LA PEUR et HALLOWEEN….

Avec la sortie du film CA (IT en anglais), Stephen King, auteur du roman éponyme, est de nouveau accusé d’avoir porté un coup presque fatal au métier de clown. La grogne des clowns a envahi les médias en quelques heures. Seulement,  il serait bien de fouiner un peu dans les archives avant de tirer des conclusions et hâtives et fausses….Il ressort de cette grogne que les clowns eux-mêmes ne connaissent pas l’histoire de leur métier, de  ses facettes et les diverses perceptions que le public peut avoir de leurs prestations. L’image du clown n’a pas attendu Stephen King pour véhiculer, à la frontière de son métier d’humoriste, un parfum un peu maléfique. La chose est là, déjà existante et viable depuis longtemps dans l’imaginaire local.

En tant qu’ Américain, Stephen King sait bien que le clown est  AUSSI vu  comme un personnage qui peut faire peur. Le gentil monsieur rigolo peut se métamorphoser en psychopathe. Et rien de plus effrayant que quelque chose de pacifique (ou d’apparence pacifique) qui part en vrille dans le mauvais sens(un peu comme si votre gentil chaton se transformait en tigre mangeur d’homme et vous traquait pour vous mettre à son menu). On retrouve aux USA, surtout pour Halloween, cette image du clown dont il serait peut-être bon de se méfier. Utiliser un clown dans son roman comme vecteur d’épouvante est donc pour King en lien direct avec son environnement culturel. Il a seulement rendu perenne de façon magistrale, et dans le monde entier, le personnage du clown psychopathe.

Et, franchement, nous n’allons pas nous plaindre quand un BON personnage apparaît dans la littérature.  Car cet événement est très rare. Par le biais des films, des non lecteurs en sont venus à lire les romans de King avant de passer à toutes la merveilleuse littérature fantastique puis à lire tout simplement (ne pas oublier le rôle des films pour amener les gens à la lecture, ce rôle est immense…) Sans compter le riche  univers graphique qui s’est développé à partir  de toute cette matière première. 

Toutefois, l’image du clown redevient positive sur les anciennes cartes de la Saint-Valentin, du Nouvel An ou  sur des images publicitaires. (quoique…)

On retrouve cette utilisation fréquente du déguisement de clown pour  Halloween sur les cartes postales et les photos anciennes  aux USA. En réalité, deux représentations du clown s’y côtoient : le clown maléfique et le clown gentil. Le premier est représenté comme s’il s’agissait d’une entité  réelle (non un humain déguisé mais un monstre à par entière), le second comme un humain déguisé (souvent un enfant). Parfois le clown semble sympathique même si l’on sent qu’il ne faudrait pas le pousser de trop pour qu’il vous arrache un bras….

Le sourire et le regard de cet enfant n’inspirent pas vraiment confiance

Le clown du dernier film est magnifique, mais la costumière n’a pas eu besoin d’aller chercher loin (en ajoutant cependant une touche élisabéthaine avec les élégantes manches à crevés). Sur les anciennes cartes postales, nous retrouvons le même type de costume et également peu ou prou sur les photos. La différence fondamentale entre le clown du film et ceux visibles dans l’iconographie courante est la différence de coiffure :  les clowns des images portent souvent un chapeau pointu ou un court cône, le Pierrot lunaire porte, lui, une calotte noire qui masque les cheveux. Les deux touffes de cheveux roux sur le front et le crâne  dégarnis du Pennywise sont une bonne trouvaille. A noter aussi que  ce style de costume de clown est proche de celui d’un Pierrot (Le Pierrot est un type de clown.) Et n’oublions pas le costume blanc du « Gilles » de Watteau. La première apparition du  nouveau Pennywise tout blanc, fantomatique, souriant et malsain suffit à nous  mettre dans l’ambiance.( Le film aurait parfaitement pu se passer des effets spéciaux, le personnage n’en avait guère besoin pour s’imposer, rien que son sourire vaut tous les effets numériques ajoutés.)

 

 Il ne faut pas oublier que l’on se déguise à Halloween pour EFFRAYER les fantômes, spectres et autres morts-vivants qui profitent que la porte soit ouverte entre le monde des vivants et celui des morts pour venir nous chercher noise.

Quelques images…..

 

 

 

On retrouve l’origine du costume du dernier film  facilement en consultant des photos anciennes(prises en dehors d’Halloween). Ce costume a toujours rencontré beaucoup de succès lors de fêtes et autres bals costumés. On y retrouve tous les éléments que la costumière a parfaitement maîtrisés pour créer son superbe ensemble. En noir, en blanc et certainement en couleurs pour certains, les voici en photos.

 

 

 

 

 

Étiquettes : , ,

CARTES POSTALES ANCIENNES : HALLOWEEN…

CARTES POSTALES ANCIENNES : HALLOWEEN…

Halloween  est l’une des fêtes les plus anciennes et des plus saines de notre patrimoine festif. Comme toutes les traditions vraiment anciennes (et non inventées au XIXe voire au début du XXe), elle est le fruit d’une constatation simple : il y a des moments clefs au cours des saisons. A l’époque de l’année qui deviendra, bien longtemps après, notre actuel 31 Octobre, les cueillettes se raréfient, les récoltes sont rentrées, les greniers sont pleins, la chasse apportent du gibier. La nature s’endort et va basculer vers les mois froids.

Avec ses décorations de légumes, champignons, noix, noisettes, gibiers (surtout autrefois),etc. Halloween est aussi une fête de l’abondance, une fête au plus près de la nature.

 La nuit du 31 se situe entre la fin  visible d’un cycle et le début d’un autre,  une nuit entre passé et futur, la nuit entre deux mondes. De cette nuit entre passé et futur, l’imagination va  faire, suite logique, une nuit durant laquelle se croisent les morts et les vivants. Ce nocturne devient un théâtre idéal pour s’y réjouir ou s’en effrayer.Au fil des siècles, les festivités ont évolué ainsi que le monde imaginaire (ou pas….) qui les accompagnent. 

Halloween est désormais, plus que toute autre, la fête de l’imaginaire, de l’imagination. de la fiction… C’est  pour cela que sont dynamisme ne fléchit  pas. Elle s’enrichie perpétuellement sachant intégrer de nouveaux monstres, de nouvelles peurs (vraies ou supposées ), accueillir de nouveaux personnages, de nouveaux univers graphiques. 

Il est bon de rappeler la véritable origine des choses. Toutes les civilisations et religions se servent des anciennes fêtes liées à la Nature (entre autres) pour imposer leurs propres fêtes. Les religions ont tenté de les neutraliser en les intégrant dans leur calendrier. Seulement, les saisons et leurs temps forts ont vu passer bien des dieux et des déesses. Et en verront certainement passer bien d’autres. 

Toute la poésie et la fantaisie se retrouve notamment dans les cartes postales anciennes, véritables friandises colorées pour les collectionneurs. Halloween est ,avec Noël/ Solstice d’Hiver, la fête qui offre la plus riche des iconographies. (Encore de nos jours, avec le retour des belles illustrations, notamment par le biais du numérique).  Sa forte identité visuelle réjouit les collectionneurs.

Voici quelques images. Il en existe des milliers (plus de 150 ans d’édition !). A vous d’en découvrir d’autres sur le Web.

1-vintage-halloween-card

5-vintage-halloween-greeting-card

00142[1844x1106x24BPP] 3746f0085c7a463f88ac67fd3e2d48e3 137347-Vintage-Halloween-Greeting-Card

99366852a5c3f5165d851c8e1615967e

2886090875_f01c38997a_b

2886923292_469ae6d964_b

Alice c

b7caf43bd1e91b797454f0bc55cb88a3

early-1900s-vintage-halloween-cards-11

halloween_greetings_0

NEW YORK, NY - C.1910: This colorful holdiay postcard that celebrates Halloween with a creepy reflection in a mirror, was printed in New York City circa 1910. (Photo Reproduction by Transcendental Graphics/Getty Images) *** Local Caption ***

NEW YORK, NY – C.1910: This colorful holdiay postcard that celebrates Halloween with a creepy reflection in a mirror, was printed in New York City circa 1910. (Photo Reproduction by Transcendental Graphics/Getty Images) *** Local Caption ***

UNKNOWN - CIRCA 1910: This halloween illustration by Wilfred Bronson is printed around 1910 by an unknown printer. (Photo Reproduction by Transcendental Graphics/Getty Images) *** Local Caption ***

UNKNOWN – CIRCA 1910: This halloween illustration by Wilfred Bronson is printed around 1910 by an unknown printer. (Photo Reproduction by Transcendental Graphics/Getty Images) *** Local Caption ***

Happy-halloween

il_570xN.370331145_8l59


jacko-lantern-dark-elves

krw_vintage_halloween_postcard-p239543590852440265baanr_400

little_witch_cat_vintage_halloween_card_postcard-rbe96cc29f3b24332b9611aae5bcc7ba1_vgbaq_8byvr_512 owl-and-black-cat-1 reaper_black_cat_vintage_halloween_card_postcard-rb19be5771fc249ba84d05d629f91038e_vgbaq_8byvr_512 Vintage Halloween Cards (3)

Vintage Halloween Cards (4)

Vintage Halloween Cards (10)

Vintage Halloween Cards (14)

Vintage Halloween Cards (17)

vintage_halloween_card-r5a28761e20814e289133a1f98fb50b27_xvuat_8byvr_512 vintage_halloween_cards-r1cf53da53a034393be5f0b8b5cf2ae4e_xvuat_8byvr_512 vintage_halloween_cards-rd5860a1c1c7a4afa9ca0fcaa4e024746_xvuat_8byvr_512 vintage_halloween_greeting_card-r1f5ae9da269d450ba7693d71abd2deca_xvuat_8byvr_512 vintage_halloween_greeting_cards_classic_posters_postcard-r8025d04342214f2f93d7d4cf448def20_vgbaq_8byvr_512 vintagehalloween_1

vintagehalloweencard+7

vintagehalloweencard+13

vintage-halloween-card1

vintage-halloween-card14

vintage-halloween-cards

Vintage-Halloween-Cards-vintage-16380117-508-800

Vintage-Halloween-Cards-vintage-16380123-600-921

vintage-halloween-little-girl-witch-pumpkin-black-cat-card1

vintage-halloween-witch-boy-girl-black-cat-cauldron-pumpkins-card1 vintage-happy-halloween-cards-1

 

Étiquettes : , , ,

UN LIVRE DU XVIe SIECLE ET SES INGéNIEUX FERMOIRS…

UN LIVRE DU XVIe SIECLE ET SES INGéNIEUX FERMOIRS…

Ce grimoire dos-à-dos regroupe en réalité six livres. Cet ouvrage appartient à la Bibliothèque nationale de Suède à Stockholm. Il pourrait avoir été lié et imprimé en Allemagne entre 1550 et 1570. Les six parties peuvent se lire indépendamment les unes des autres grâce à un ingénieux système de fermoirs métalliques. Les textes proposés sont religieux  dont Der kleine Catechismus de Martin Luther.

Site de la Bibliothèque : http://www.kb.se/hjalp/other-languages/francais/

Voici quelques photos de ce bel objet diffusées par la Bibliothèque Nationale de Suède.

decouvrez-un-livre1 decouvrez-un-livre4 decouvrez-un-livre5 decouvrez-un-livre2 decouvrez-un-livre6

 

Étiquettes : , , , , , ,